Une réalité

7617cc8cd1f6c3daac0b5361b35b0cc6

Tout est réel mais pas pour tout le monde

Ce qui est réel pour un ne l’est pas toujours pour un autre.
Il y a celui qui perçoit et qui a une expérience directe avec quelque chose et il y a celui qui y croit sans la percevoir. Celui qui perçoit vit sa réalité, celui qui y croit se raconte une histoire.

La réalité est étroitement liée aux capacités, au faire. Et si certaines personnes ont des aptitudes particulières et des perceptions extra sensorielles comme les voyants, les guérisseurs, les chamans, les magnétiseurs, les prophètes, pour le commun des mortels ces facultés ne sont pas leur réalité. Ils tentent alors d’y adhérer et cela fait d’eux des croyants.

Le croyant y croit parce que celui qui vit sa réalité lui a raconté ou parce que d’autres personnes ont vanté les mérites de cet homme incroyable. Cela donne de l’espoir au croyant, l’espoir d’être sauvé, d’être libéré de sa souffrance et parfois d’être comme l’autre, honoré, aimé et plébiscité pour ces incroyables pouvoirs. Alors il décide de suivre ce chemin sans voir qu’il fait peut être fausse route. Car ce n’est pas son chemin mais celui d’un autre qu’il suit, espérant ainsi vivre et jouir d’une réalité qui n’est pas la sienne.

Et pourquoi fait-il cela?

Peut-être à t’il peur de suivre son propre chemin..

Celui qui vit sa réalité est peut être perçu par le croyant comme un exemple et cela le rassure d’être auprès de celui qui a des dons extraordinaires. Peut être espère t’il les acquérir à son tour, mais si ce n’est pas une réalité pour lui maintenant il est possible que ça ne le soit jamais. Ce qui est dommage c’est qu’en faisant cela il se prive de ses propres aptitudes, de ses propres qualités, de son propre chemin d’évolution. En faisant cela il nie sa réalité.

Heureusement pour lui, lorsqu’il s’éloigne trop de sa réalité son corps le rappelle à l’ordre et il voit apparaître alors des manifestations salvatrices de cet égarement. Il est malade, déprimé, angoissé, malheureux, perdu, il souffre, il a peur et rejette tout ce qui remet en cause ses croyances. Mais au lieu d’accepter cette souffrance qui pourrait lui permettre de grandir, il s’accroche à ses croyances comme un enfant aux jupes de sa mère en se les répétant sans cesse pour essayer d’en faire une réalité, sa réalité.

Mais il se ment..

Et au fond de lui il le sait très bien. Il a conscience qu’il se nie et se rejette. Il n’y a aucun amour là dedans, juste de la peur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s