La liberté de choisir

b1a05afc2a33afabcd0a9bddd1275b9e

Être en conscience à un certain niveau pour nous humain c’est choisir là où nous posons nos pas. Choisir de vivre ceci à la place de cela. Si nous observons attentivement les animaux, nous pouvons nous apercevoir que c’est exactement ce qu’il font. Ils choisissent ce qui est bon pour eux.

A un autre niveau, être en conscience c’est voir l’intention qui motive ce choix. Nous avons décidé d’aller quelque part, très bien, mais qu’elle en est la raison? Qu’est ce qui motive ce choix? Et si nous ne voyons pas l’intention qui se cache derrière le choix, comment pouvons nous prétendre à la liberté de choisir?

A un autre niveau encore nous pouvons observer la mécanique qui s’est mise en route lorsque nous nous sommes séparé de l’instant présent. Il y a alors eu un manque qui s’est soldé par une intention inconsciente de le combler et qui finalement à abouti au choix inconscient d’une action.

Enfin il y a le niveau maintenant. Et maintenant, peut-être allons nous décider de ne rien faire et revenir ici dans la plénitude de l’instant. Maintenant rien ne manque.

Il n’y a RIEN à choisir.

Il y a déjà TOUT..

Publicités

La conscience ce n’est pas acquis

584a8a215bfff78e8fb014559576780f

La conscience des croyances

Ce que nous désignons par conscience habituellement n’est peut être qu’une toute petite fenêtre par laquelle nous percevons le monde extérieur et la réalité. Cette perception est déterminée par nos croyances. Et la conscience que nous avons de nos croyances est très limitée. Avons nous conscience de ce qui motive nos actions au quotidien? Avons nous conscience de ce qui nous a amené à lire ce texte? Que cherchons nous ici que nous n’ayons déjà?

La perception de notre environnement et de nous même dépend entièrement de nos croyances. Par croyance je ne parle pas de religion même si le processus est sensiblement le même. Non je parle de ce que nous considérons comme allant de soi, de nos certitudes. Et nos croyances d’où nous viennent elles? La plupart du temps elles nous ont été transmises par une autorité. C’est nos croyances familiales, celles de la famille et de la culture. Puis plus tard lorsque nous nous sommes émancipés, nous avons remis certaines de ces croyances en causes et choisi les valeurs et les croyances que nous voulions incarner dans nos vies. Nous avons échangé de vielles croyances qui nous faisaient souffrir pour de nouvelles plus à notre goût. Mais le processus qui nous a permis de faire cela, en avons nous conscience? Pour nous, il est évident que nous avons choisi. Mais qu’est ce qui a motivé notre choix?

Comment avons nous choisi nos croyances?

Par le même processus qu’au départ, nous avons suivi une autorité mais cette fois nous l’avons choisi. Nous avons été attiré par un discours et des mots qui nous plaisaient. Nous l’avons trouvé chez des thérapeutes, des chamanes, des guides spirituels, des gourous ou dans des livres, des écrits, des récits d’autres personnes. Mais puisque ces mots nous ont attiré, sommes nous vraiment libre de choisir nos croyances ou n’avons nous fait que rejeter celles imposées par nos parents et retrouver celles dont nous étions porteur au départ. Nous avons hissé nos nouvelles croyances au niveau des idoles parce que nous croyons que c’est nous qui les avons choisi et qu’elles nous correspondent plus que celles des générations précédentes. Et désormais ce sont elles qui nous représentent. Si nous observons attentivement, lorsque nous communiquons ce sont nos croyances que nous exprimons..

La conscience est elle une histoire de niveaux?

En changeant de croyances nous avons changé de réalité. Et dans cette nouvelle réalité nous nous sommes accaparé les récits de ceux qui parlaient de conscience. Et dans ces récits certains évoquaient des niveaux de conscience. Aujourd’hui nous consommons de la philosophie, de la spiritualité, du cheminement personnel, au même titre que les biens de consommation. Et la conscience est aujourd’hui un bien de consommation comme un autre puisque personne ne va remettre en cause ce qui a été dit et écrit à son sujet. Nous l’avons bel et bien relayé au niveau des croyances.

Alors avons nous atteint un nouveau niveau de conscience ou avons nous simplement changé l’angle de vue de la petite fenêtre par laquelle nous percevions le monde? Et derrière cette nouvelle perception, ne seraient ce toujours pas des croyances qui sont à l’œuvre. Où est la conscience dans tout cela?

Par contre, nous pouvons très facilement observer la prise de conscience. Le moment où ce qui était inconsciemment à l’œuvre derrière un comportement, un discours, une action, une maladie. Cette prise de conscience nous change parce qu’elle apparaît au terme d’un processus de maturation. Maturation d’un contenu inconscient et dont la prise de conscience est l’étape finale. Le message est enfin entendu. Mais la prise de conscience est elle une histoire de niveau? Ou bien change t’elle notre perception? Et plus important encore, n’en faisons nous pas une croyance?

Alors peut-être que la conscience n’est pas quelque chose d’acquis, mais quelque chose que nous ne possédons pas et qu’il est nécessaire de retrouver à chaque instant.

Être au niveau

J’ai des doutes sur l’existence des niveaux de conscience ( mais je ne dis pas que cela n’existe pas) car dès que l’on parle de niveaux, je perçois une comparaison. Et l’égo a cet irrépressible besoin d’être mieux que les autres. Alors peut être que si nous voyons des niveaux, nous voyons aussi des personnes moins importantes que nous, moins éveillés que nous, moins conscientes, moins belles, moins quelque chose que nous. Ou au contraire nous nous sentons important avec notre tout nouveau niveau de conscience. Un peu comme on vient d’acheter le dernier smartphone. Quelle est la différence si nous n’explorons pas personnellement la conscience? Quelle différence si nous nous contentons de croire à ce que disent les autres?

Peut être que si nous voyons des niveaux de conscience, nous pourrions nous poser des questions telles que:

« Pourquoi je ne me sens pas à la hauteur, pourquoi je veux être en haut, au niveau de quoi, qu’est ce qui fait que je ne m’accepte pas comme je suis? »

Et là, peut être que la conscience pourrait nous faire l’honneur de sa présence..